☀qui éclaire mon Mardi de la 5e semaine de Carême, Année C.

Jean 8, 21-30

Cartearticle-12

Si vous ne croyez pas que *JE SUIS*, vous mourrez dans vos péchés (Jn 8,24).

Dans le livre de l'Exode, Dieu révèle aux hommes le Nom mystérieux par lequel Il veut être connu et vénéré des hommes: *JE SUIS Celui qui suis* (Ex 3,14).

La Septante l'a traduit par *Egô Eimi* (JE SUIS).

Jésus avait conscience qu'entre Lui et Son Père, il y avait unité de nature (Jn 10,30 ), unité d'œuvre (Jn 5,19) et unité de nom (Jn 8,24). Voilà pourquoi, Il S'identifie toujours par rapport au Père : qui Me voit, voit aussi le Père (Jn 12,45) et il a utilisé le même nom révélé par Dieu pour parler de Lui:

Moi, JE SUIS le pain de vie (Jn 6,35);

Moi, JE SUIS la lumière du monde (Jn 8,12) ;

Moi, JE SUIS le bon Pasteur (Jn10,11);

Moi, JE SUIS la Porte des brebis (Jn 10,7);

Moi, JE SUIS la Résurrection et la Vie (Jn 11,25);

Moi, JE SUIS le Chemin, la Vérité et la Vie (Jn 14,6);

Moi, JE SUIS la Vigne véritable (Jn 15,1)

 

Nb: le premier et le dernier sont les Espèces eucharistiques

En Jn 18,5-8, Jésus se présente en ces termes devant ceux qui viennent l'arrêter: *c'est moi: JE SUIS* et ses adversaires alors tombent à terre, comme s'ils étaient en présence de Dieu Lui-même.

Les juifs sont incapables de reconnaître que Jésus est JE SUIS. Jésus leur donne rendez-vous à la croix: « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS »

Il leur dit encore si vous ne croyez pas que *JE SUIS*, vous mourrez dans vos péchés.

La méconnaissance de la vie et de la présence de Dieu dans notre vie et au milieu de nous conduit aux péchés et à la mort. Par contre, la connaissance de Dieu conduit à la justice parfaite, et la reconnaissance de sa souveraineté est la racine de l'immortalité (Sg 15,3).

La patrie de Jésus n'est pas sur cette terre. Pour l'accompagner, il nous faut croire qu'Il est Dieu, JE SUIS.

Demandons à Dieu, la grâce de reconnaître que son Fils est Dieu, JE SUIS.

Que cette connaissance nous conduise à la justice parfaite. Que la reconnaissance de sa souveraineté nous procure le germe de l'immortalité. Amen ! 

 

Père Sainlus François 

Diocèse de Hinche,  Haïti