samedi 6 avril 2019

L'abime de notre misère appelle l'abime de la miséricorde du Seigneur

« Il ne resta seulement qu’elles deux : la misère et la miséricorde ». C’est de cette manière que Saint Augustin resitue le final de l’Évangile que nous venons d’entendre. Ceux qui étaient venus pour jeter des pierres à la femme ou pour accuser Jésus vis-à-vis de la Loi sont partis. Ils sont partis, ils n’avaient pas d’autres intérêts. Jésus, au contraire, reste. Il reste parce qu’elle est précieuse à ses yeux : cette femme, cette personne. Pour lui, avant le péché, il y a le pécheur. Moi, toi, chacun de nous, nous venons en premier... [Lire la suite]

samedi 6 avril 2019

Auprès du Seigneur est la grâce

Jean 8.1–11   Des phénomènes climatiques, donc naturels (tempête, raz-de-marée, tsunami…) peuvent provoquer une vague ou des gonflements d'eau causant la mort de tant de gens… C’est ce similaire événement que les ennemis des Hébreux ont vécu lors de la sortie de l’Egypte : leurs chars et leurs chevaux furent engloutis. Les puissants guerriers, les voilà couchés pour ne plus se relever. Les Hébreux dansaient de joie et de bonheur et ils attribuaient cette victoire à leur Dieu. À nouveau, la main divine les avait... [Lire la suite]
samedi 6 avril 2019

Jésus, véritable Signe de contradiction

☀ qui éclaire ma 4e Semaine de Carême, Année C.   Aujourd'hui, l'Évangile nous présente les différentes réactions qui produisaient les paroles de notre Seigneur. Ce texte dans l'Évangile de Jean ne nous propose aucune parole de Jésus, mais nous parle au contraire des conséquences de ce qu'Il disait. Certains pensaient qu'Il était prophète, d'autres disaient «C'est lui le Messie!» (Jn 7,41). En vérité Jésus est le signe de la contradiction que Siméon avait annoncé à Marie (cf. Lc 2,34). Jésus ne laisse pas indifférents ceux... [Lire la suite]