☀ *qui éclaire mon Samedi 30 Mars 2019, Samedi de la 3e Semaine de Carême, Année C.*

*Justification devant Dieu par l'abaissement (Lc 18, 9-14)*

FB_IMG_1553943386844

« Qui s'élève sera abaissé ; qui s'abaisse sera élevé » (Lc 18,14c).

La *Justification*, c'est la transformation du pécheur en serviteur juste du Seigneur. Bref, c'est être agréable au Seigneur.

Tout croyant désire être juste pour être agréable au Seigneur, car c'est le but de la piété.

Dans cette lutte, certains sont devenus justes : *les saints*, dautres n'y arrivent pas. Pourquoi ? C'est parce que tout le monde ne développe pas la même attitude devant le Seigneur.

Dans le Magnificat, Marie chante : « le Seigneur renverse les puissants de leurs trônes et il élève les humbles » (Lc 1,52). Ainsi, comprenons-nous, les orgueilleux ne tiennent pas devant la face du Seigneur, mais les humbles.

Jésus nous campe deux hommes: l'un est déclaré indigne du Seigneur et l'autre est déclaré juste.

Celui qui est déclaré indigne du Seigneur, le Pharisien, développait une attitude de fierté, d'orgueil en adressant à Dieu une action de grâce où il dresse le catalogue de ses vertus: les fautes qu'il ne commet pas, puis les deux prescriptions qu'il accomplit, allant plus loin que ne l'exige la Loi (jeûne et dime). Il n'a aucune demande à adresser au Très Haut. Tandis que celui qui est déclaré juste, le publicain, pour sa part, conscient de son état de pécheur, n'ose pas lever les yeux au ciel et sa prière est un appel au secours: il se reconnaît pécheur et invoque la miséricorde de Dieu.

Les situations sont renversées: monté au Temple pécheur public, le publicain descend dans sa maison reconnu secrètement juste par Dieu tandis que celui qui était monté juste et fier s'en retourne inexaucé en ignorant que sa justice n'a pas été reconnue par le Très Haut.

Ce sont-là les deux catégories de personnes qui viennent à l'Église. Certains se sentent fiers et bons le fait qu'ils ont de l'argent, de l'influence sociale et religieuse en méprisant les autres : les petits et les pauvres. Certains se reconnaissent faibles, pécheurs et pauvres en invoquant la miséricorde de Dieu.

Ce matin, à travers la liturgie de l'Église Jésus nous présente l'attitude qui justifie l'homme devant le Seigneur, l'abaissement : la reconnaissance de la Toute Puissance et la Miséricorde de Dieu et la reconnaissance de son état de pécheur. « Qui s'élève sera abaissé ; qui s'abaisse sera élevé » (Lc 18,14c).

« Tout chrétien est invité à voir dans l'attitude du publicain un exemple proposé à l'imitation et dans celle du pharisien un contre-exemple » (cf. Schlosser).

Le temps de Carême est le moment favorable pour se reconnaitre pécheur devant le Seigneur. Profitons-en.

Tu veux la fidélité, Seigneur, non le sacrifice. Prends pitié de nous, pécheurs. Amen. 

 

 

Père Sainlus François 

Diocèse de Hinche,  Haiti