Mgr Guire Poulard s’en va : Joie au ciel !

 

Mgr Poulard

Depuis hier soir (9-12-2018), Notre-Dame, les Anges, les Saints-Apôtres, les Martyrs et l’immense cortège des Saints sont dans l’allégresse : ils ont vu le Seigneur ajouter un couvert à Sa table. Un couvert pour Mgr l’Archevêque émérite de Port-au-Prince : cet homme très humble, très sage, engagé, très amoureux de la nature et – machette à la main, bottes aux pieds - toujours au travail, notre ancien voisin que nous avons la joie d’admirer durant notre passage au Grand Séminaire Notre-Dame.

Jamais nous ne finirons d’égrainer le chapelet de ses précieux souvenirs. Par ailleurs, notre consolation est là ; vivante encore, et la vie immortelle est là pour la soutenir. Car les âmes des justes qui ont été pétries par la foi en Dieu ne meurent pas, elles sont dans la main de Dieu, et plus aucun tourment ne peut les atteindre. Donc, c’est aux yeux des insensés que Mgr Poulard est mort, et que son départ apparaît comme une défaite.

Il vient de nous quitter : il semble qu’il n’est rien resté de lui. En réalité, il est entré dans la paix. Après avoir servi noblement l’Eglise de Jésus-Christ qui séjourne en Haïti (particulièrement dans les diocèses de Jacmel et des Cayes puis l’Archidiocèse de Port-au-Prince), après avoir supporté, deux ans durant, un cancer du pancréas, il entre dans la joie de son Maitre, le juste Juge, pour recevoir ce qui lui est dû. Oui, Dieu l’a mis à l’épreuve et lui a trouvé digne de lui. Il l’a éprouvé comme l’or au creuset, il l’a agréé comme une offrande parfaite.

Quand Dieu viendra nous visiter, lui, connecté à Lumière qui ne connait pas de déclin, il sera lumière, semblable à la flamme légère qui court dans les broussailles. Il sera de ceux qui gouverneront des nations et domineront sur les peuples, et le Seigneur sera son roi pour toujours.

Ceux qui comptent sur le Seigneur connaissent cette vérité. Ceux qui sont fidèles resteront auprès de lui dans l’amour ; car la grâce et la miséricorde attendent ses élus.  Mais les impies qui auront méprisé le juste et renié le Seigneur seront châtiés pour leurs mauvais desseins. Oui, malheur à ceux qui rejettent la sagesse et la discipline : pour eux tout espoir est vain, tout effort est inutile, toute œuvre stérile ! (Cf. Sagesse 3,1-11).

 

Monseigneur Poulard,

À 76 ans, vous vous évanouissez à l’horizon pour camper à côté de ceux qui, dans le grand champ de la mort, voient filer le temps qui ne les emportera point. Vous partez vers l’autre rive. Allez en paix, allez contempler avant nous la gloire et splendeur de la Patrie où l’Emmanuel que nous attendons à Noël est seul Roi.

Requiescant in pace !

 

Fatig chemen an fini pou ou !

Se pou Manman nou ba ou Kè li pou w poze tèt ou !

 

Père Emmanuel FENELUS

Diocèse de Fort-Liberté, Haïti