Les 10 enseignements du curé d’Ars pour lutter contre le démon

           

Cure d'Ars et demon

Le saint patron des prêtres s’est battu contre le Malin à maintes occasions.

Oui, le mal existe, mais Dieu est plus puissant. Le saint patron des prêtres s’est souvent battu contre le Malin. Il l’a vaincu par sa confiance en Dieu et sa foi inamovible et a laissé plusieurs enseignements qui sont autant de conseils à l’attention de ceux qui luttent contre le démon :

 

  1. Ne croyez qu’il existe un lieu sur terre où il est possible d’échapper aux luttes contre le démon. Avec la grâce de Dieu, qui ne nous est jamais refusée, nous pouvons triompher.
  2. Comme le bon soldat n’a pas peur du combat, de même le bon chrétien ne doit pas avoir peur de la tentation. Tous les soldats sont bons en garnison : c’est sur le champ de bataille que l’on fait la différence des courageux et des lâches.
  3. Le démon ne tente que les âmes qui veulent sortir du péché et celles qui sont en état de grâce. Les autres sont à lui, il n’a pas besoin de les tenter.
  4. Une sainte qui était allée se plaindre à Jésus, après une tentation, lui demanda : « Où étais-tu mon adorable Jésus, durant cette horrible tempête ? ». Il lui répondit : « J’étais dans ton cœur, enchanté de te voir lutter ».
  5. Un chrétien doit être toujours prêt au combat. Comme en temps de guerre, il y a toujours des sentinelles placées çà et là, pour voir si l’ennemi approche ; de même, nous devons toujours être sur nos gardes pour voir si l’ennemi ne nous tend pas des pièges et s’il ne vient pas nous surprendre.
  6. Trois choses sont absolument nécessaires contre la tentation : la prière pour nous éclairer, les sacrements pour nous fortifier et la vigilance pour nous préserver.
  7. Avec nos instincts, la lutte est rarement d’égal à égal : ou ce sont les instincts qui nous gouvernent ou c’est nous qui gouvernons nos instincts. Se laisser entrainer pas les instincts est bien triste. Un chrétien est un noble, et comme un grand Seigneur il doit commander sur ses vassaux.
  8. Notre ange gardien est toujours à nos côtés, un stylo à la main, pour écrire nos victoires. Nous devons dire chaque matin : « Allez, mon âme, travaillons pour gagner notre ciel ».
  9. Le démon laisse tranquille les mauvais chrétiens ; personne ne se préoccupe d’eux, mais contre ceux qui font le bien il suscite mille calomnies, mille offenses.
  10. Le démon a peur du signe de croix car c’est à travers lui que nous le fuyons. Ce geste demande un grand respect. On commence par la tête : c’est l’aspect principal, la création, le Père ; puis le cœur : l’amour, la vie, la rédemption, le Fils ; enfin les épaules : la force, le Saint-Esprit. Tout nous rappelle la Croix. Nous aussi nous sommes faits en forme de croix.

Article traduit de l’italien par Isabelle Cousturié.

Source : www.aleteia.org/fr